logo de la fepabLogoLa FEPA/B est une organisation paysanne faitière mise en place par les organisations de producteurs du Burkina en juillet 1997 après un long processus qui a commencé en 1988.

Elle couvre trente sept (37) provinces et deux cent quatre vingt dix (290) départements et compte 241 261 producteurs individuels membres repartis dans 6 133 groupements de base dont 2452 groupements masculins, 2678 groupements féminins et 1003 groupements mixtes.

La FEPA/B est structurée en groupements au niveau villageois et en unions aux niveaux départemental et provincial. En mai 2006, elle s’est restructurée autour des filières définies par le ministère en charge de l’agriculture pour lesquelles elle a un avantage comparatif (céréales sèches et fruits/légumes), ce qui a conduit à la mise en place de deux unions au niveau national : l’Union Nationale des Producteurs de Céréales du Burkina Faso (UNC-B) et l’Union Nationale des Producteurs de Fruits et Légumes du Burkina (UNPFL-B). De même, en décembre 2011, elle a mis en place l’Union Nationale des Producteurs du Niébé du Burkina (UNPN/B).

Vision

Etre une organisation de professionnels agricoles forte, visible et crédible, œuvrant au renforcement des capacités organisationnelles et techniques de ses membres ainsi qu’à l’amélioration continue de leurs pouvoirs socio-économiques.

Mission
La principale mission de la FEPAB est d’assurer la représentation et la défense des intérêts individuels et collectifs de ses membres pour accroître leur compétitivité sur le marché par la culture de la performance et faire face aux enjeux de la monétarisation de l’économie.

Objectifs

Quatre (4) objectifs sont assignés à la FEPAB :

  • Contribuer de façon efficiente à la valorisation du métier Paysan par la spécialisation et au renforcement des capacités stratégiques et opérationnelles des organisations de producteurs à la base.
  • Favoriser une large coopération entre les organisations de Producteurs (transfert régulier de technologie et de savoir, savoir – faire), pour leur permettre de faire face aux défis majeurs qui se posent au secteur rural.
  • Contribuer à asseoir un cadre institutionnel favorable à l’évolution qualitative des organisations des producteurs, et accroître leur pouvoir d’influer partout ou se prennent des décisions qui conditionnent le devenir du monde paysan.
  • Travailler à la transformation qualitative et quantitative des situations existantes en vue d’une amélioration des revenus, des conditions de vie en rapport avec les capacités individuelles et collectives.